Archives pour la catégorie Nos partenaires

suite… Salon du livre « Des plumes chez la belette »

… Les prix décernés, le verre de l’amitié a réuni auteurs, personnalités, visiteurs… Enfin, tout le monde.

Au restaurant, trois amis Laurent Mathoux, Serge Camaille, Michel Benoît semblent apprécier.

Au retour Monique, reprend son poste « tombola », elle fait des heureux.

Suite à venir…

Journée hommage guerre 14/18

https://www.lamontagne.fr/vie-locale/allier/03450/ebreuil.html

Dès 2015, Marie-Claude Bouchard, membre de l’Andra a proposé d’organiser une journée hommage guerre 14/18. Aussitôt, cette proposition a retenu l’attention et l’approbation des membres du bureau.

C’est avec une énergie sans faille que Marie-Claude Bouchard a multiplié les démarches et les déplacements pour obtenir des objets plus ou moins volumineux pour cette journée.

Effectivement, ils étaient nombreux à satisfaire les visiteurs salle Armand Pradel à Ebreuil.

En un mot une organisation au « top » !

 

Isabelle Delic semble bien empressée envers ce brave soldat !

Marie Claude Bouchard et Isabelle Delic cernent de tendre affection ce brave poilu.

Madame Véronique Pouzadoux, maire de Gannat et présidente de la communauté de Communes Sioule Colettes et Bouble, Monsieur Pierre Teriitheau, maire d’Ebreuil et Michel Verrier président de Radio Coquelicot, Christine Thomas Chancel, présidente de l’Andra.

 

 

Ruralittéraire

Lire et chanter, tel aurait pu être le thème de cette première Ruralittéraire dans la commune de Naves, salle St Fiacre.

Monsieur Reboul, maire de Naves a reçu trois auteurs de l’Andra. Serge Camaille, président des salons littéraires de l’Andra et lauréat du prix Arverne 2018, Laurent Mathoux, guitariste et parolier du groupe musical les Flying Tractors, auteurs de romans, Christian Robert, et ses « Histoires d’Auvergnats ».

Quand Laurent Mathoux est invité en signature la guitare n’est jamais bien loin, c’est ainsi qu’avec son ami Serge Camaille ils ont interprété des chansons au rythme entraînant, pour le plus grand plaisir des visiteurs.

Autour d’un petit café et quelques gâteaux, l’après-midi s’est déroulé dans une ambiance conviviale.

 

Le petit marché du livre

Ce dimanche 25 février la météo plus que fraîche n’a pas arrêté les visiteurs. Fidèles lecteurs ou nouveaux ont pu ainsi trouver les lectures de leur choix. Les tables bien garnies en livres tout public et jeunesse ont séduit chacun dans sa quête de nouveauté.

Les bénévoles ont partagé le repas de midi dans la bonne humeur. Autour des pâtés aux pommes de terre et du flan réalisés par Jean-Paul Delic. Un délice admis de toutes et tous.

Bérangère Pothier a gardé près d’elle la boîte premier secours, essentiellement garnie de douceurs sucrées, indispensables à sa concentration. Marie-Claude a assuré le poste de secrétariat.

Christiane Duranthon et son époux sont venus présenter l’avancement de leurs travaux de recherches des poilus d’Ebreuil, dont la liste sera présentée aux visiteurs de la journée du 15 avril dédiée à la grande guerre.

Josette, trésorière, nous a fait la surprise de venir partager l’après-midi.

En un mot, une belle journée.

Le salon du livre « Des plumes chez la belette »

Le 10 juin à Ebreuil.

L’auteur, Patrice Valette, lauréat du 2ème prix du jury du salon du livre « Le Noël des Romanciers d’Auvergne », à Combronde sera présent avec ses romans. Une saga aux personnages attachants.

Le dernier tome de la trilogie écrite par Patrice Valette vient d’être publié chez Terre d’Histoires

Dernier tome de la trilogie, « Le trésor de Fraisac » est en librairie depuis le 14 février. © Droits réservés

« Le trésor de Fraisac », dernier tome de la trilogie écrite par Patrice Valette, vient de sortir en librairie. Cette saga retrace la vie d’une famille durant dix ans, dans la deuxième moitié du XIX e siècle, au cœur du Puy-de-Dôme.

Patrice Valette a toujours eu la passion de l’écriture. À l’âge de neuf ans, il confiait à un camarade « un jour j’écrirai un livre ». C’est à présent chose faite. Car si l’auteur a déjà écrit « Une fleur sur la falaise », roman auto-publié, la saga qu’il vient d’achever est cette fois éditée chez Terre d’Histoires.

L’auteur a situé l’action de sa trilogie sur le territoire, dont il n’est pourtant pas originaire. Né à Villeneuve-Saint-Georges, en région parisienne, puis amené à Istres durant 34 ans pour raisons professionnelles, c’est une fois à la retraite qu’il a choisi, avec son épouse, de s’installer à Ambert. « On cherchait à s’éloigner de la pollution, du bruit, de la surpopulation, explique-t-il. On est passé dans le coin un peu par hasard et on est resté quelques jours ». En 2010, le couple s’installe à Valcivières mais au bout de deux ans, Patrice et son épouse décident d’habiter à Ambert pour être « un peu moins loin de tout ».

Raconter la vie d’un doleur du ForezC’est en lisant une bande dessinée racontant la vie d’un photographe itinérant, que Patrice a l’idée d’écrire l’histoire d’un homme dont le métier va l’obliger à bouger de sa région. Après des recherches sur les métiers oubliés du territoire, l’auteur choisit de raconter la vie d’un doleur du Forez. « Le doleur, c’est celui qui fait des poutres pour les maisons, indique-t-il. Il travaille avec les bûcherons et les scieurs de long mais c’est lui qui jouit de la meilleure réputation, c’est un peu le chef, le plus compétent ». Les doleurs partaient jusqu’à neuf mois par an pour exercer leur métier.

Patrice Valette raconte donc la vie de Joseph Matheron, doleur natif de Valcivières. Les hasards de la vie vont amener le personnage de la saga au château de Fraisac, dont les propriétaires lui ont fait une offre de travail très alléchante. C’est ce chantier qui va bouleverser le cours de son existence. « Mon personnage est entièrement inventé, précise l’auteur, mais inspiré des vies de ces travailleurs du XIX e siècle ».

L’auteur est guidé par cette envie d’écrire sur un personnage qui se déplace pour son métier. « Il va lui arriver des choses, annonce-t-il. Les choses n’ont d’ailleurs pas tourné comme je voulais au départ ». Emmené par son imagination, Patrice va faire de son personnage un père adoptif et c’est de là que va découler toute l’histoire de sa famille sur dix ans. « Ce que j’écris, si je l’avais écrit la veille ou le lendemain, aurait été différent, dévoile l’auteur. Mes personnages évoluent dans une époque qui va de 1855 à 1865 ».

Troisième et dernier tomePatrice a écrit le premier tome de la trilogie, « Le secret du château de Fraisac », en 2013, puis « Les ombres du bois Saint-Martin » en 2014. « Il me faut environ trois mois pour écrire un livre une fois que je suis lancé », précise-t-il. Mais des raisons de santé obligent Patrice à faire une pause après le deuxième tome et ce n’est qu’en 2017 qu’il s’attelle au troisième et dernier tome de sa saga, « Le trésor de Fraisac ».

Si l’auteur n’avait jamais été édité avant cette saga, il n’en est pas à son coup d’essai. « À Istres, j’ai été professeur de théâtre, explique-t-il. Cette activité était un loisir puis est devenue un travail à temps plein quand j’ai perdu mon emploi. Je me suis alors mis à écrire des pièces. Des comédies, des tragédies, tous les styles, en fonction des acteurs que j’avais sous la main. J’aimais beaucoup les huis-clos. La scène me manque parfois, mais c’est beaucoup de travail. Ma passion, c’est tout ce qui tourne autour du texte ». Patrice dit aussi avoir écrit de la poésie étant jeune pour « se faire le stylo ».

Actuellement, l’auteur travaille à l’écriture d’un polar sombre. « J’en suis tout au début et le démarrage est long. Je suis toujours indécis au début d’un livre, je ne fais pas de synopsis. J’ai le début, la fin, je sais où je veux aller ».

Dédicace. L’auteur sera en dédicaces à la libraire Tout un monde jeudi 1 er mars, de 10 h à 12 h 30.

Le Noël des Romanciers d’Auvergne

Dimanche, la 13ème édition du salon littéraire a réuni des plumes talentueuses. Les visiteurs, les plus courageux ont bravé la pluie pour se rendre à ce rendez-vous annuel.

Bien entendu, les élèves de classe de seconde du lycée Blaise de Vigenère de St Pourçain sur Sioule sont arrivés dès le matin, avec leurs professeurs Mesdames Perrot et Michaux,  pour discuter, avec chaque auteur. Ils sont repartis avec les cinq titres en lice pour le prix du Jury, sur lesquels ils travailleront à la rédaction d’une fiche lecture, sélectionnée et primée en juin lors du salon d’Ebreuil « Des Plumes chez la Belette ».

Après délibération des membres du jury, sous la présidence de l’écrivain Serge Camaille, le premier prix a été attribué à Alain Léonard, pour son livre « Enfants de la liberté ». Le sculpteur-artise Sébastien Charpotier lui remet une réalisation en bois, livres achetés par l’association et un livre de l’écrivain Serge Camaille.

Le deuxième prix  à Patrice Valette « Le mystère du château de Fraisac ». A noter que ces deux choix ont frôlé l’ex-æquo. Jacky Blanc, partenaire et propriétaire du Hameau de Chavagnat, offre une nuité en chambres d’hôtes pour deux personnes.

Jacqueline Lefort, avec son livre « Marie au fil du temps », a reçu le troisième prix, une corbeille garnie d’excellents produits bourbonnais.

Autour du vin d’honneur,  se sont réunis les auteurs, heureux de partager leurs prix avec les visiteurs. Madame Brun Margarette et Monsieur Pierre Pinet ont représenté le Conseil Départemental du Puy de Dôme. Monsieur Didier Duboisset, directeur du Centre Social d’Ebreuil n’a pas manqué ce rendez-vous tout comme Monsieur Reboul Daniel, présent également en fin d’après-midi pour la remise du prix du Public, Vice- Président de la Communauté de Communes St-Pourçain Sioule Limagne.

Les visiteurs ont découvert de nouveaux ouvrages et ont apprécié la disponibilité des auteurs à discuter autour de leurs ouvrages.

Ghislaine Courson, amie et lectrice fidèle a offert le goûter aux auteurs et organisateurs deux superbes gâteaux à partager entre auteurs et organisateurs.

En fin d’après-midi, le prix du Public a récompensé Sophie Di Paonlantonio pour son roman « Les choix de Clara ».

Les auteurs ravis de cette journée partagée sont, pour certains, déjà inscrits au salon du livre « Des Plumes chez la Belette », le 10 juin 2018 à Ebreuil.